Vintage People

Un reportage sonore sur le vintage

Dans la maison où j’ai grandi en Ardenne, je détestais le style de la cuisine de mes parents ; les meubles étaient brun foncé, le carrelage orange avec des chaises chromées dont l’assise était assortie à cet orange éclatant. Manger dans cette cuisine relevait pour moi de l’exploit, tant ces couleurs me donnaient la nausée. Je trouvais ça moche, mais moche ! À force, je m’y suis habituée mais, phénomène étrange, vers la trentaine (alors que j’avais quitté le nid depuis bien longtemps) j’ai commencé à trouver cette cuisine super belle. D’un coup, le brun et l’orange m’apparaissaient comme les couleurs les plus sympathiques du monde. Mais qu’a-t-il bien pu se passer dans mon cerveau pour changer drastiquement d’avis ? Était-ce l’âge qui avait fait subitement de moi quelqu’un « de goût » ? En réfléchissant quelque peu au phénomène, j’ai le sentiment que c’est plutôt la mode du vintage qui s’est emparée de moi (à l’insu de mon plein gré comme dirait l’autre). Dix ans plus tard, je pense que j’aime toujours le vintage mais une partie de moi ne se sent pas à l’aise, c’est comme si j’avais l’impression que ce n’était pas moi qui avait décidé que j’aimais le vintage. Le côté branché n’était certes pas facile à revendiquer. Quant aux prix pratiqués par certains magasins, ils m’éloignaient de jour en jour de ma nouvelle « passion ».

Récemment, en me promenant dans les Marolles, où fleurissent depuis quelques années des boutiques vintage, j’ai été assez étonnée du nombre d’enseignes affichant le terme anglais. Je savais qu’il y avait des meubles, des lampes, des radios, des vêtements vintage mais j’ignorais autant l’origine du terme que ce qui sous-tend le concept.

C’est donc armée d’un micro que je me suis lancée dans une petite enquête au cœur du vintage marollien. Je trouvais en effet plus sympathique d’aller demander aux commerçants eux-mêmes ce que cela voulait dire. Et je n’ai pas été déçue !

Sachez d’abord que ce qui est de seconde main n’est pas forcément vintage et ce qui est vintage n’est pas toujours de seconde main. Quant à l’époque concernée, cela dépend des intervenants rencontrés mais disons qu’étymologiquement vintage signifie « qui a vingt ans d’âge » et que le nom a pour origine un terme emprunté à la viticulture pour signifier « qui bonifie en vieillissant ». Du côté des prix, il y en a pour toutes les bourses, tout dépendra si votre article est signé d’un artiste connu ou confectionné par un couturier célèbre, s’il est vieux ou très vieux, s’il s’agit d’une pièce unique ou pas,… Dans le quartier, vous pouvez trouver des vestes à 30€ comme des sacs à 1200€.

Parmi les personnes croisées sur ma route, certaines ont affirmé que le terme ne signifiait plus rien, qu’il fallait revenir à des notions plus précises telles que « arts décoratifs » ou « modernisme », si pas « antiquités ». Vintage était devenu d’un coup obsolète ou plus simplement une sorte de slogan pour faire venir les clients.

Le souci de revenir à des objets fabriqués à l’époque pour durer (ce que l’obsolescence programmée ne permet plus), donner une seconde vie à des vêtements qui tiennent plus de deux mois et fabriqués dans des conditions a priori décentes font partie aussi des arguments en faveur du vintage. Arguments que je peux tout à fait entendre s’ils ne deviennent pas en définitive du « green washing ». Car le vintage a cette double facette, il a à la fois ce côté attirant, écolo, rétro, mais aussi ce côté branché, tendance et parfois (pas toujours) super cher.

Dans le reportage radiophonique qui accompagne cet article, vous saurez tout (ou presque) sur le vintage, vous découvrirez des avis divergents et qui, parfois, se complètent. Nous vous dévoilerons, entre autres, les secrets de certains commerçants qui n’hésitent pas à repeindre en orange certains objets pour leur donner une plus-value si pas un supplément d’âme. Voir la vie en orange, voilà le credo du vintage !

• Aretha Rufas

Merci à David C. pour ce titre.
(Dessin : Anah)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *