Vieux Marché : 145 ans au Jeu de Balle !

Den  Met, Hirsch-par-Terre, Le Louvre, Les Puces ou simplement De Met… Si ses racines remontent au Moyen Âge, cela fait exactement 145 ans ce 15 mars que le Vieux Marché se déroule sur la Vosseplaain.

L’activité du Vieux Marché trouve ses origines au Moyen Âge, où le commerce bruxellois est souvent subdivisé entre vente à neuf et d’occasion. Au 16ème siècle, on trouve déjà à Bruxelles un Oude Merct. En 1640, une nouvelle place destinée à la vente des loques, vieilleries, nippes et ferrailles est aménagée sur le pré des Foulons (qui deviendra la place du Vieux Marché puis Anneessens). Mais l’activité est du plus mauvais effet lorsque commencent le voûtement de la Senne et l’aménagement des boulevards centraux, destinés à attirer une population bourgeoise qui se montre vite incommodée par “la pouillerie et les puces” du Vieux Marché. Le 10 février 1873, l’échevin Lemaïeur déclare au Conseil communal : “L’étalage de vieilles ferrailles, etc., qui se fait sur la Place du Vieux Marché, nuit considérablement à l’aspect des nouveaux boulevards centraux.” La Ville de Bruxelles décide son transfert sur la place du Jeu de Balle (créée au début des années 1860 à l’emplacement d’une usine de locomotives fraîchement rasée, en même temps que le percement de la rue Blaes). Le dimanche 15 mars 1873, les échoppiers en prennent officiellement possession.

Le succès du Neuwen  Met est rapide. En 1919, il est autorisé à fonctionner même le dimanche. C’est sans doute l’un des seuls marchés de brocante qui se déroule quotidiennement, qu’il neige ou qu’il vente, pendant les vacances, au matin du 1er de l’An comme du 25 décembre… Même la Seconde Guerre Mondiale ne l’a pas arrêté : c’est là que s’établit le centre du smokellage, le marché noir (plus exactement à la rue des Radis, aujourd’hui rasée).

Bien sûr, certaines choses changent au Vieux Marché au fil du temps. La vente, d’abord ouverte à tous, y est ensuite réservée aux marchands professionnels. Quant à la marchandise, elle reflète les évolutions de la société, de la qualité des objets de première main, l’arrivée de la concurrence du marché d’antiquaires du Sablon (1960) et celle des brocantes (autorisées dans les années 1970)… Mais le Vieux Marché a su préserver l’essentiel et résister aux changements de réglements, aux velléités régulières de l’expurger de son brol pour qu’il blinque davantage aux yeux des touristes, y compris à un projet de déménagement temporaire aux fins de construire un parking sous la place (2015). Selon des écrivains comme Jean d’Osta et Louis Quiévreux, il a toujours réussi à combiner à la fois une clientèle nantie et touristique cherchant l’objet rare, et une clientèle populaire et précaire cherchant l’objet nécessaire à moindre prix (à la différence qu’auparavant les bourgeois venaient en semaine et les “gagne-petits” le dimanche, leur seul jour de repos).

Le Vieux Marché a naturellement marqué le quartier, son économie, son rythme, son atmosphère, au point d’en être devenu indissociable. L’anniversaire de cette heureuse union mériterait d’être célébré, mais la date s’est quelque peu oubliée. En 2015, la Plateforme Marolles l’avait néanmoins fêtée pour marquer le coup de l’abandon du projet de parking.

Il y a toutefois une belle coïncidence : la même semaine se déroule le Carnaval sauvage, au départ du Jeu de Balle (samedi 17 mars vers 15h). Ce carnaval sans organisateur officiel, sans subside, sans barrière Nadar, n’a d’autre cause que de fêter la fin de l’hiver, se réapproprier la rue et bousculer l’ordre établi (ce qu’il fait notamment en organisant le Procès du Promoteur Immobilier et de sa fidèle épouse la Bureaucratie, en clin d’œil à la Bataille des Marolles de 1969). Les masques et costumes sont confectionnés à partir d’objets récupérés au Vieux Marché. C’est peut-être le plus bel hommage qu’on puisse faire à ce marché aux puces unique et qui compte bien le rester…pour les 145 prochaines années, au moins !

• Gwen

(Photos : Le Vieux Marché dans les années 1950 – Jean Harlez / Le carnaval sauvage – Milena Strange)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *