Pas de Fernand sans Coq !

« Lorsque les droits locatifs [d’un café] sont échus, AB InBev procède systématiquement à une réévaluation complète de la formule d’exploitation en rapport avec le potentiel de la situation locative »… Cette réévaluation peut mener « à la conclusion que ces points de vente stratégiquement localisés méritent la mise en œuvre d’un concept aussi innovant que performant en concordance avec les aspirations de la clientèle ». Voici la novlangue avec laquelle AB InBev (ex-Interbrew), multinationale brassicole originaire de Belgique et propriétaire de nombreux établissements à travers le pays, justifie sa stratégie de ne pas renouveler les baux de cafés qu’il voit comme de simples « points de vente » de ses produits.

C’est le sort que connurent par exemple le Fourquet (place Flagey) en 2013, le Liberty et le Daric (place de la Liberté) en 2015, le Ketje et le Fat Boys (place du Luxembourg) la même année, etc. Dans tout Bruxelles, les bars de quartier, conviviaux, familiaux, proches de leur clientèle, disparaissent les uns après les autres pour laisser la place à des bars à « concepts », plus « performants » peut-être, mais sans âme, s’adressant à un public plus huppé.

Aujourd’hui, c’est au tour du Coq (place Fernand Cocq) de subir le même mépris de la part du géant de la bière industrielle, qui justifie ainsi sa décision dans un reportage de Télé Bruxelles : « Nous sommes convaincus qu’un nouveau concept attrayant nous permettra d’apporter une contribution supérieure à ce quartier ». Les clients du Coq, qu’ils habitent Ixelles ou d’autres communes, ne s’y trompent pourtant pas : ils ont lancé « Touche pas à mon Coq », un groupe de soutien et une pétition pour essayer de faire comprendre à InBev que le « concept » du Coq est en parfaite concordance avec leurs aspirations. Une pétition à signer et à diffuser largement, non seulement pour permettre au Coq de rester en place, mais aussi pour mettre des bâtons dans les roues de ces décisions managériales qui entendent gommer la variété du monde, et pour montrer notre attachement à tous les cafés populaires qu’InBev voudra un jour fermer à leur tour, que ce soit à Ixelles, dans les Marolles ou dans tout Bruxelles.

• Gwenaël Breës

https://www.facebook.com/tpamc

https://www.change.org/p/sauvez-le-caf%C3%A9-le-coq

Une pensée sur “Pas de Fernand sans Coq !

  • 12 novembre 2017 à 22 h 02 min
    Permalink

    Je voudrais signer la pétition,comment faire?

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *