Mon Vieux Mèt

Il n’y a pas si longtemps, quand j’étais ket,
Mon jardin c’était le Vieux Mèt.
C’est une belle place entre la Porte de Hal et La Chapelle.
C’est dans le quartier des Marolles,
Oùsqu’on (sic) mange escargots et caricoles.
Sur le Vieux Marché, tu peux presque tout acheter,
Même l’ami Tintin y est déjà passé.
Avec tous ces stamenei autour,
Tu n’en auras pas si vite fait le tour.
Car si tu bois deux verres dans chaque café,
Tu en sortiras skeilezat tu sais !
Pour boire un verre ou manger une bonne soupe,
Pas besoin d’aller « Chez Soi » à la place Rouppe.
Contre le feu nous sommes bien protégés,
Avec la caserne et ses pompiers.
En face des hommes du feu,
Il y a l’église et ses capucins, des hommes de Dieu.
C’est aux Bains de Bruxelles,
Que j’ai connu quelques demoiselles.
Je peux vous dire que piscines, cabines et douches,
Si elles pouvaient parler, en raconteraient des stûût louches !!!
Si tu as un bobo qui te fait trop mal,
Vas une fois faire un tour rue Haute à l’hôpital.
Ce ne sont que des souvenirs,
Et c’est pour ça que je soupire.
C’était il n’y a pas si longtemps,
Le temps où j’étais enfant…

• Luppens Nicolas dit Nicky

Dessin : Anah Merlet

4 pensées sur “Mon Vieux Mèt

  • 6 novembre 2017 à 10 h 20 min
    Permalink

    J’aime bien votre poème il me rappelle les « fabels »de Virgile !
    Je ne suis pas des Marolles mais j’adore m’y promener !
    je vous réponds à ma façon :

    « Souvenirs souvenirs… » :

    Nous qui avons, Place du Jeu de Balle, Rue Blaes, Rue Haute,

    Marché le nez au sol et notre chien en laisse
    Acheté des robes chez Y-dress
    Retrouvé un objet nous attendant en caisse
    Oublié le temps…
    Lu un vieux roman
    Lové dans un vieil astrakan tout en causant à un marchand
    Estimé, marchandé, puis siroté un Ricard frais
    Sur la terrasse du « Marseillais »

    Mais encore…

    Pesté contre le boucan des camion-poubelles
    Aimé déguster des caricoles chez Annabelle
    Vécu des émotions en déjeunant aux Trois chicons
    Et aussi…

    Déniché des fringues chez Mod’s
    Bu des bières et des soupes à La Clef d’Or
    Mangé des frites chez Pin Pon
    Pris un café serré chez Willy
    Après être tombé du lit,
    Causé au zinc du Chaff,
    Dégoté un 33-tours inattendu
    ou un beau pardessus
    Pour trois francs six sous

    Nagé aux Bains rue du Chevreuil
    Vu le luthier rue des Renards
    Et rester à l’atelier très tard
    pour y observer tout son art
    Assisté au Centre Bruegel
    A des pièces très culturelles
    Soit dans leur jus, soit du cru

    De la Porte de Hal jusqu’à la Place de la chapelle
    On n’ sembête pas… la vie est belle !

    Belle journée,
    ISabelle de Rixensart

    Répondre
    • 12 novembre 2017 à 22 h 27 min
      Permalink

      Sans oublier « chez Marcel »,qui n’existe plus…c’était à droite de l’église,on y buvait une Leffe à la fin du marché en comptant sa recette!
      j’y vendais dans les années 80, les trouvailles des anées50!

      Répondre
  • 6 novembre 2017 à 10 h 58 min
    Permalink

    A « La Brocante », en voyant le dessin, ils étaient contents d’ « être dans » le Pavé!

    Répondre
  • 28 novembre 2017 à 11 h 58 min
    Permalink

    Bonjour,
    Je voudrais laisser un message par rapport à ‘Bij den Boelt’. Mon père racontait que les gens qui n’avaient pas de sous, ou étaient trop ‘zats’, dormaient sur la corde (pas sur des cordes). On tendait une corde dans le café, et les gens dormaient dessus les bras croisés. Le matin, quand il ouvrait le café, den Boelt ‘coupait’ la corde et il était temps alors de retrouver la rue.
    Un abri pour SDF en quelque sorte ..
    Ca, c’est que j’ai toujours entendu raconter à la maison ..
    Je voulais le partager quand j’ai vu par hazard le numéro 2 du pavé dans les Marolles, mais je n’arrivais pas à trouver le lien pour le publier ..Voilà qui est fait ..
    Salut en de kost !

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *