Estaminets et cafés, une histoire bruxelloise

BruxellesFabriques/Brusselfabriek, une association de passionnés du patrimoine social et industriel, a pu obtenir les soutiens nécessaires à la publication d’une histoire des cafés et estaminets bruxellois.

Le résultat est un livre dense, amusant, bien documenté, richement illustré. On se balade d’Evere à Boitsfort, d’Auderghem à Forest, aux entrées de ville, aux abords des gares, en face des stades de football, à l’orée de la forêt de Soignes. Du populaire estaminet au café bourgeois, du café de supporters au café littéraire, des “chochetés” aux réunions politiques, du bistrot d’étudiants au bar gay, du lambic à la pils, du trekbillard au flipper et du pietjesbak au kicker, en 174 pages et 165 illustrations, le livre fait le tour de la question. On relève de belles photos du Ploegmans (rue Haute), du Café d’Alost, de Chez Jean, de La Clé d’Or, tous trois place du Jeu de Balle… À noter, page 40 : la vibrante protestation des clients du Coq, place Fernand Cocq à Ixelles, café populaire tué par AB InBev, parce que pas assez “tendance”.

• Le Pavé


Où le trouver ? : www.bruxellesfabriques.be

“Estaminets et cafés, histoires bruxelloises”, ouvrage collectif sous la direction de Thérèse Symons, Sylvie Lefebvre et Yannick Van Praag, éditeur : BruxellesFabriques/Brusselfabriek.

Couverture cartonnée, format 23 x 30 cm, 174 pages, 165 illustrations, 25 €.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *